Défi insolite

253 km au profit de Destination la Vie

Kevin.png

Alors que la tenue des Marches folkloriques militaires semble encore bien compromise cette année, un tambouri a décidé de relever un défi inédit. Le 1er mai au départ de Gerpinnes, Kevin Landrain se lancera dans un périple de 253,140 km à boucler en dix jours. Il fera le tour de l’Entre-Sambre et Meuse en marchant et tambourant au profit de l’ASBL florennoise Destination la Vie.

Article Sudpresse du 19/03/2021 de Jean-Luc Papart

 

Il participe depuis sa plus tendre enfance à la Sainte-Rolende, la célèbre Marche de Gerpinnes, son village. Il a aussi souvent défilé en uniforme du côté de Ham-sur-Sambre, Jumet ou encore Florennes.

 

 

C’est justement pour soutenir une ASBL de la cité des Ducs, soit Destination la Vie qui aide des enfants malades ou atteints d’un handicap, que Kevin Landrain (32 ans) nourrit depuis 3 mois une idée un peu folle. « En discutant avec le parrain de ma fille, Lucas Maschera, qui est fifre à la Saint-Pierre de Florennes, j’ai lancé : “Plutôt que le tour de Sainte-Rolende, pourquoi ne pas faire le tour de l’Entre-Sambre et Meuse ?” À ma connaissance, ça n’a jamais été fait. »

Entre 20 et 30 km par jour

Le pari était lancé, et il est de taille, puisque cette boucle passant notamment par Charleroi, Chimay, Couvin, Dinant et Namur développe exactement 253,140 km ! « J’espère couvrir la distance en dix, voire maximum douze étapes oscillant entre 20 et 30 km chacun », confie le Gerpinnois. « Avec mes 152 kilos pour 189 cm, je ne devrais pas dépasser les 3 km/h. »

 

 

Pour corser l’affaire, Kevin Landrain a l’intention de tambourer durant tout son périple. « On le fait bien pendant trois jours lors d’une Marche où, d’après moi, on parcourt aussi une soixantaine de kilomètres à pied. »

 

Un des deux tambours sur lesquels jouera le Gerpinnois. - JLP

 

Ce tambour-major n’a pas prévu de préparation physique particulière pour aborder cette marche au long cours. « Là, je viens de subir une opération chirurgicale. Je décrasserai un peu la mécanique au mois d’avril, mais les jambes sont là. »

Il bénéficiera tout de même de l’aide de membres du club de marche « Les Bottines de Gerpinnes » qui se relayeront pour encadrer son exploit. Le Syndicat d’Initiative gerpinnois est aussi intervenu en prévenant les communes qui verront bientôt transiter ce soldat du 2e empire, tambour à la ceinture.

C’est aux abords de la frontière française, du côté de Couvin et Chimay, qu’il s’attend à suer le plus : « C’est hyper vallonné par là. Ce ne seront probablement pas les étapes les plus longues. J’espère être rentré pour la Sainte-Rolende, on ne sait jamais qu’elle ait lieu. »

Rendez-vous le 1er mai, à 6h

Le départ est prévu le samedi 1er mai, à Gerpinnes. « Je démarrerai chaque jour vers 6h pour terminer aux alentours de 18h. Je jouerai « Le réveil » avec mon tambour. Cette aventure servira aussi à rappeler que les Marches font partie de notre folklore, de notre culture dans une période difficile où personne ne sait quand on pourra à nouveau se retrouver. »

Mais, surtout, ce défi servira une bonne cause, celle des enfants défendue par Destination la Vie. « J’en appelle aux dons via la page Facebook «Défi tour Sambre-et-Meuse». Le numéro de compte de l’ASBL s’y trouve. Je ne demande pas des sommes folles, mais si chacun des 6.000 Marcheurs que compte l’Entre-Sambre et Meuse donnait 1 €, ce serait déjà formidable. Donner l’envie et les moyens de se battre à des enfants en difficulté, ça n’a pas de prix. »

Cette proximité avec Florennes et son association philanthropique, le Gerpinnois la doit à un homme : le regretté José Paquier. « Le Blanc, comme on l’appelait, était un mec magique. C’est lui qui, peu avant son décès, avait fait venir une centaine de tambours à Florennes au profit de l’ASBL. Il m’a appris à ne jamais lâcher l’affaire, comme on dit. »

Pour que l’aventure se passe sans encombres en cette période de crise sanitaire, Kevin Landrain insiste pour ne pas qu’on l’accompagne : « Deux Marcheurs ensemble, ça serait considéré comme un rassemblement folklorique. Il est important de me laisser marcher seul, sans quoi le projet tomberait à l’eau. J’ai rempli un « Covid Event Scan » pour pouvoir réaliser ce tour, et une des conditions est que je le fasse en solo. »

Le tambouri donnera dès le 1er mai des nouvelles de son avancée via la page Facebook « Défi tour Sambre-et-Meuse » et Youtube (vidéos). Il mettra aussi chaque jour à l’honneur des produits du terroir issus des communes traversées. « Je distribuerai aussi quelques petits cadeaux en lien avec le folklore aux gens que je rencontrerai sur ma route. »

 

Manque le camping-car

Kevin Landrain recherche un camping-car.

Si les composantes de cette aventure se mettent progressivement en place, manque encore un élément essentiel : une maison mobile.

« Je cherche un camping-car qui posséderait au moins deux couchettes, une pour le chauffeur et une autre pour moi, ainsi qu’une douche » explique Kevin Landrain. « Ce véhicule pourra aussi me sécuriser quand je serai obligé d’emprunter des routes. Pendant 95 % du temps, je serai sur des chemins de halage ou des RAVeL, le plus souvent avec mon reflet dans la Sambre ou la Meuse. »

Un étudiant en dernière année de kinésithérapie massera cet athlète d’un nouveau genre après chaque étape.

tambour.jpg
Bottines2.jpg
Bottines.jpg

Un défi en collaboration avec le Club de Marche "Les Bottines de Gerpinnes et le Syndicat d'initiative de Gerpinnes

http://www.si-gerpinnes.be/